LES DERNIERS LUSIGNAN

 

 

On croyait généralement, au XVI° siècle, que la famille des Lusignan n'était représentée que par la branche française, établie dans la Vienne, et que la branche des Lusignan, dite d'Outre-mer, s'était éteinte en 1474 avec  l'infortuné jeune roi Jacques III, fils de Catherine de Cornaro et de Jacques le Bâtard, qui avait usurpé le trône de Chypre à Charlotte, fille unique et seule héritière du roi Jacques II. Le fait même de la transmission des droits politiques de cette reine au trône de ses aïeux dans la descendance de beau-frère et cousin germain, le duc de Savoie, semblait confirmer cette croyance.

 

Il n'en était rien  cependant, les Lusignan d'Outre-mer étaient représentés par Pierre de Lusignan, chef de la branche cadette. Ce prince, par suite de l'empoisonnement de l'infortuné Jacques III, dernier représentant de la branche directe, héritait de tous les titres et prérogatives de ses collatéraux, par suite du testament de Jacques II. Et si ce prince et ses descendants vécurent, durant des siècles dans le silence,  sans s'illustrer comme leurs aînés par des hauts faits, ce fut la position très délicate dans laquelle ils se trouvèrent vis-à-vis des vainqueurs qui en fut cause. En effet, sous le gouvernement soupçonneux et inquiet de Venise, et ensuite sous la tyrannie barbare des turcs, ils étaient considérés comme des conspirateurs cherchant sans cesse à rétablir leur dynastie. Aussi étaient-ils obligés de vivre soigneusement à l'écart de toute politique, et d'éviter tout ce qui pouvait rappeler leur existence même à des gouvernements capables de les supprimer sous le prétexte le plus futile, pour ne s'occuper que d'exploiter les propriétés foncières considérables qu'ils possédaient dans l'île de Chypre.

 

Néanmoins, dans les grandes bibliothèques, diverses monographies et maints mémoires confirmaient la survivance des Lusignan, non seulement dans le siècle de la domination vénitienne, mais encore après la conquête des Ottomans.

 

Parmi les manuscrits Arunden au British Muséum de Londres, sous le N° 518, et conservé la chronique grecque et Georges Bustron, capitaine de Pendaïa, à l'ouest de l'île de Chypre, et contemporain des quatre derniers souverains de la Maison de Lusignan.

 

L'auteur à la page 69, cite le testament de Jacques II, dont nous avons parlé plus haut. Un siècle après, le Père Etienne de Lusignan, de la Royale Maison de Chypre, fait la description de l'île et l'histoire de ses souverains jusqu'à son départ pour l'Europe en 1572. On  trouve enfin à Turin les lettres adressées au comte de Monbasile, gentilhomme de Charles-Emmanuel 1er, duc de Savoie, par Christodoulos de Lusignan, archevêque grec de Chypre. Ces lettres traitent d'un  projet pour la libération de l'île qui gémissait sous le joug des turcs. M. le comte de Mas-Latrie, dans son histoire de Chypre sous le règne des princes de la Maison de Lusignan, ouvrage couronné par l'Académie des Inscriptions et  Belles Lettres, met au jour plusieurs manuscrits du temps de la domination vénitienne, conservés à la bibliothèque de Saint-Marc de Venise, dans lesquels il est dit que parmi les principaux propriétaires et seigneurs de l'île, se trouvaient au XV° siècle des descendants de la famille de Lusignan.

 

 

TOMBEAU DE LEON VI DE LUSIGNAN, ROI D'ARMENIE

 

Le roi d'Arménie  Léon VI de Lusignan, lorsqu'il était en exil à Paris, (1374-1375) habitait le palais des Tournelles, rue Saint-Antoine, vis-à-vis de l'Hôtel Saint-Paul. Il meurt à Paris le 29 novembre 1393. Son gisant d'abord installé à l'église des Célestins fut transféré dans la cathédrale basilique de Saint-Denis ou il est exposé.

 

'La Maison de Lusignan', ouvrage couronné par l'Académie des Inscriptions et  Belles Lettres, met au jour plusieurs manuscrits du temps de la domination vénitienne, conservés à la bibliothèque de Saint-Marc de Venise, dans lesquels il est dit que parmi les principaux propriétaires et seigneurs de l'île, se trouvaient au XV° siècle des membres de la Maison de Lusignan.

 

 

 

LES DESCENDANTS EN FRANCE
DES LUSIGNAN AU XVIII° SIECLE

 

Quatre seigneurs portaient le nom de Lusignan, parents du prince louis de Chypre.

 

1) le Marquis de Lusignan né en 1753, devenu Colonel au moment de la révolution française. Il vendit ses biens et se réfugia en Allemagne. Revenu en France vers 1800, il mourut en 1815, fort riche mais dans la plus profonde obscurité.

 

2) le Marquis de Lusignan, né dans le Béarn vers 1760, servit la France et passa en Autriche en 1790. Il se distingua dans plusieurs batailles. Ayant épousé une riche héritière de ce pays, il s'y fixa définitivement.

 

3) le Chevalier de Lusignan, était officier vendéen. Il fut pris et fusillé à Nantes en 1795.

 

4) le Seigneur de Lusignan, devint général sous la République et combattit les Vendéens, l'an 1793.

 

De grandes familles peuvent aussi prétendre, d'une façon lointaine, avoir du sang des Lusignan dans leurs veines.

 

Le Dictionnaire des notables mentionne les Roux de Lusignan. Cette famille descend incontestablement d'Annonciation de Lusignan, branche d'Outre-mer. L'Ordre de Mélusine contemporain est fier de compter parmi ses chevaliers de justice, S.A.S. Philippe ROUX de LUSIGNAN, descendant des Lusignan d'Outre-mer.

 

Page précédente :
Mélusine au Château de Lusignan

 

Page suivante :
A la pieuse mémoire de Marie de Lusignan

 

 

mis en ligne par l'Ordre Royal de Mélusine.
Exoudun - 1er Janvier 2011.

Contacter l'Ordre

 

 

  • L'Ordre Royal de Mélusine
  • Portrait de la fondatrice de l'Ordre
  • Introduction par le Gouverneur de l'Ordre
  • Mélusine au Château de Lusignan
  • Les Lusignan aux Croisades
  • Les derniers Lusignan
  • Villes et lieux distingués par l’Ordre de Mélusine
  • A la pieuse mémoire de Marie de Lusignan
  • Descendance de Marie de Lusignan
  • Quelques membres prestigieux de l'ordre
  • Marie de Lusignan et Victor Hugo
  • Les frères Chorène et Ambroise Calfa
  • Les nouveaux statuts et le règlement intérieur
  • Renaissance de l'Ordre
  • Reception 2013
  • Le serment des chevaliers
  • Poème à la gloire des Lusignan
  • Informations touristique et culturelle
  • Documents d'archives
  • Obituaire
  • Bibliographie
  •  

     


    - Pages vues : -